Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
20 mai 2009 3 20 /05 /mai /2009 08:00

Il est très difficile de résumer un roman d’Alaa El Aswany. Il raconte en effet des histoires de personnes qui vivent la même situation, qui souvent se croisent et parfois se rencontrent. Il l’avait fait avec beaucoup de talent dans son livre L’Immeuble Yacoubian, dont le récit se passait au Caire.

 

Il récidive, toujours avec réussite, en parlant de la communauté égyptienne émigrée aux Etats-Unis. Selon les cas, il peut s’agir d’étudiants boursiers, comme Cheïma et Tarek. D’autres sont aussi étudiant mais surtout opposants au régime présidentiel égyptien, tel Nagui, ou, au contraire émissaire de ce régime, tel Danana.

Ce qui est sûr, c’est que même éloigné de l’Egypte depuis des dizaines d’années, de force comme le docteur Karam Doss ou par choix comme le docteur Mohamed Saleh, elle est toujours présente dans le coeur de ces hommes.

 

C’est ce qui m’a marqué dans ce roman. La plupart des personnages critiquent l’Egypte, son régime et même parfois sa mentalité, mais ils ne peuvent s’empêcher de l’aimer et d’y rester attachés.

 

Au-delà de cette réflexion, on retrouve tous les éléments qui ont fait le succès de L’Immeuble Yacoubian.

Le style d’Alaa El Aswany est toujours reconnaissable et il sait bien faire passer ce que ressentent ses personnages. Le fait d’alterner chaque histoire nous permet de passer du rire aux larmes, selon les récits que nous suivons.

 

Il n’en reste pas moins que beaucoup des personnages racontés sont frappés cruellement par la vie. Alaa El Aswany ne donne une chance qu’à ceux qui éprouvent des sentiments vrais et purs.

 

Chicago / Alaa El Aswany ; trad. de l'arabe (Egypte) par Gilles Gauthier. - Actes Sud, 2007.

 

 

Partager cet article

Repost 0

commentaires

Marie 20/05/2009 13:17

j'ai déjà entendu parle de ce roman, et en bien, mais je n'arrive pas à me laisser tenter... Peut-être dans à un autre moment de l'année ?

Reno 21/05/2009 21:37


@ Marie : C'est sûr qu'il vaut mieux tenter quand tu en auras envie. Pour l'Immeuble Yacoubian, je m'y suis repris à deux fois avant de me plonger dedans et de vraiment l'apprécier. Les
bonnes lectures sont parfois des questions d'état d'esprit.