Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
12 janvier 2010 2 12 /01 /janvier /2010 00:00

maurice-bejart1.jpgSamedi 9 janvier 2010 a eu lieu la dernière représentation du Béjart Ballet Lausanne, à l'opéra Garnier. Sur quatre morceaux de compositeurs contemporains (Bartok, Webern, Boulez), les danseurs ont réalisé des chorégraphies créées par Maurice Béjart. C'est l'Ensemble Intercontemporain qui était à la musique, sous la direction de Jonathan Nott.

Les artistes ont été très applaudi par le public, qui a beaucoup apprécié leur prestation.

Quant à moi, en assistant à ces ballets, j'ai eu confirmation de ce que je savais déjà : je n'ai aucune référence pour comprendre ces oeuvres et les apprécier à leur juste valeur

Cependant, je ne me suis pas ennuyé. Alors, chers amis néophytes comme moi, que faire pour rester éveiller passer une bonne soirée ? Eh bien je vous propose une courte liste permettant de compenser cette incompréhension et rendre une soirée à l'opéra un moment inoubliable :

1) Admirer l'opéra Garnier : parce qu'une visite virtuelle ne remplace pas une vrai visite, il faut absolument admirer la richesse et la beauté de ce bâtiment, monter le grand escalier de marbre en s'imaginant descendre d'une calèche, entrer dans la loge en imaginant que c'est la sienne, admirer le superbe plafond peint par Chagall en recherchant quels opéras y figurent... Y a pas à dire : c'est la classe ;

2) Admirer les danseurs et les danseuses : Comme le précise la présentation faite par l'opéra de Paris, il n'y a pas de "trame narrative" dans ces chorégraphies. Cela n'empêche d'admirer les danseurs : comment des gestes nécessitant tant de force et d'agilité peuvent-ils être exécutés avec tant de grâce et de légèreté ? C'est tout bonnement impressionnant, et on sent toute la maîtrise de ces grands artistes.

3) Savourer de découvrir quelque chose de nouveau : Eh bien oui, il y a toujours du plaisir à découvrir des nouvelles choses, mais si on ne les comprends pas. De nouvelles sonorités grâce à l'Ensemble Intercomtemporain, un nouveau rapport à la musique grâce aux chorégraphies de Béjart. Parce que c'est un luxe de découvrir des oeuvres si peu formatées, et qu'après, au lieu de dire "j'aime pas", on a envie dit "j'ai envie de comprendre".

Cette liste n'est bien sûr pas exhaustive, et chacun peut y rajouter ce qu'il veut. Grâce à elle, je peux vous dire que ces deux heures ont filé comme de rien, et que je ne regrette absolument pas d'avoir assisté à ce spectacle...

Toutes les références de ce ballet sont sur le site de l'opéra de Paris.

Partager cet article

Repost 0

commentaires

Aléna 04/02/2010 14:39


Drôle de lire cet article - j'ai assisté à une soirée Bejart hier et ai écrit des choses semblables... honte de commettre ce crime de lèse majesté, mais il faut bien dire ce qui est... je ne suis
toujours pas emballée et mon jugement sur Béjart se confirme à chaque fois que je vois des ballets de lui. Faudrait peut-être arrêter d'aller le voir?


Reno 06/02/2010 10:53


@ Aléna : Peut-être pas arrêté de voir Béjart. Ce que je sais, c'est que je n'ai ni l'habitude des ballets, ni les connaissances pour pouvoir vraiment apprécié. Les chorégraphies que j'ai vues sont
de plus assez difficiles, puisqu'elles se basent sur des musiques contemporaines et ne sont pas narratives. Après, je crois que chacun est libre d'aimer ou pas un artiste, quelles que soient ses
qualités et le talent qu'on lui attribue. Il ne faut pas avoir honte : on peut dire qu'on aime pas quelque chose.


Marie 27/01/2010 15:34


Je ne suis jamais allée voir un ballet. Mais il me semble que j'aimerais plutôt commencer par un classique style Gisèle ou bien Le lac des cignes. Ce doit être plus facile à comprendre. Déjà, je
n'aime pas Bartok, alors admirer de la danse sur cette musique me semble difficile...


Reno 29/01/2010 07:03


@ Marie : Effectivement, cela apparaît comme le meilleur choix. Dans le cas présent, je n'ai pas eu vraiment le choix, puisque le spectacle faisait partie d'un abonnement. Je pense retenter
l'expérience avec un ballet contenant un récit...


faelys 13/01/2010 13:57


ton billet m'a fait repenser à certaines de mes expériences au théâtre, où j'ai passé de longs moments dos à la scène à admirer des moulures...je ne suis pas non plus une férue-spécialiste-outrée
qu'on ne s'extasie pas devant l'art et j'aime ceux qui gardent l'esprit simple, ouvert et curieux! à part ça je me serais damnée pour assister à certains (pas tous) spectacles de Béjart dont
je possède des antiquités de VHS rayées à force d'être visionnées...tiens ça me donne envie de remettre la main dessus et de rêver à nouveau de souplesse et de grâce! je te laisse, j'enfile mon
tutu!!...(comment ça, y'a pas ma taille?...)... 


Reno 13/01/2010 22:19


@ Faelys : C'était un peu l'idée du billet : l'important, c'est de faire des expériences ! Je crois que dans ce cas, je n'ai pas commencé par le plus facile. Une chorégraphie narrative (Le
sacre du printemps par exemple) aurait été plus facile d'accès. Et, taratata, je suis sûr que tout les tutus t'iront