Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
4 juillet 2011 1 04 /07 /juillet /2011 17:05

fort-comme-ulysse-sylvaine-jaoui.jpgA 12 ans, Eliott est atteint depuis 4 ans de rétinite pigmentaire. Cela veut dire qu'il perd progressivement la vue et qu'il sera aveugle un jour

 

La vie n'est donc pas facile pour lui, d'autant que ses parents ont été affectés par sa maladie et réagissent chacun à sa façon. Son père est perpétuellement présent auprès de lui, inventant des machines pour compenser son handicap. Sa mère s'est elle laisser envahir par l'angoisse et le stress, perdant ainsi sa joie de vivre et oubliant les fêtes et les suprises qu'elle organisait pour la plus grande joie d'Eliott.

 

Au collège, la situation pourrait aller mieux. Nathan, son meilleur copain, est toujours présent pour lui. Mais suivre les notes au tableau et faire ses devoirs devient compliqué.

Alors qu'ils sont en train d'étudier l'Odyssée d'Homère, son père tarde à lui envoyer la version adaptée à sa vision. Il est donc obligé de se rendre au CDI entre midi et deux heures, juste avant le cours de français, pour lire le texte. Malgré la taille 48 des caractères, c'est un travail fastidieux pour lui. La documentaliste, Mme Stabat, saura alors trouver le moyen de l'aider sans le vexer. Il lui en sera reconnaissant, devinant chez elle une grande tristesse...

 

A côté de ses problèmes, Eliott vit aussi ses problèmes d'adolescent. Comment par exemple se rapprocher de la belle Espérance, qui l'attire par sa discrétion.

 

*****

 

Les occasions de lire un livre de Sylvaine Jaoui ont été rares pour moi. Mais à chaque fois, j'ai le plaisir de lire une histoire intéressante, bien ancrée dans la réalité quotidienne. Fort comme Ulysse ne fait pas exception.

 

La maladie d'un enfant n'est pas un sujet évident. Il est certain que l'on souhaite souvent éviter de parler de ces soucis, pour les protéger eux ou nous. Pourtant, la maladie et le handicap n'épargnent personne. Il est donc important que la littérature jeunesse traite de ces sujets.

Le livre de Sylvaine Jaoui est d'autant plus réussi qu'à mon avis elle ne cache pas les difficultés pour l'enfant et pour son entourage. La manière de réagir de ses parents, différentes, montre qu'on ne réagit pas tous pareil devant la maladie. Chacun a sa façon de montrer son angoisse, bien souvent en surprotégeant. Pourtant, il faut accepter la situation et avance malgré les difficultés.

C'est ce que fait Eliott, qui cherche son équilibre entre indépendance et besoin de soutien. C'est un personnage courageux, inspiré par Ulysse dont il découvre et admire les exploits. Il tire de ce texte antique des leçons de vie qui lui servent dans son quotidien.

 

Malgré cela, Sylvaine Jaoui arrive à garder un ton optimiste, loin de tout pathos ou catastrophisme. Elle montre aussi que le monde n'est pas rose, entre famille recomposée, passé douloureux et racisme. Pourtant, tous ses personnages acceptent la situation, cherchant toujours à voir le meilleur côté de la vie.

 

Fort comme Ulysse est donc un roman très sympathique, offrant une bouffée d'espoir malgré un sujet difficile. Il est très agréablement accompagné des (un peu trop petites à mon goût) illustrations de Sybille Delacroix.

 

A conseiller dès 10 ans.

 

Fort comme Ulysse / Sylvaine Jaoui ; illustrations de Sibylle Delacroix. - Casterman, 2011. Collection Casterman Junior, C'est la vie.

Partager cet article

Repost 0

commentaires