Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
3 novembre 2010 3 03 /11 /novembre /2010 09:58

sans_la_tele_guillaume-gueraud.jpgTous ses amis ont la télé, sauf lui. Ils parlent tous de Starsky et Hutch, de Zorro et de Laura Ingalls. Lui, la famille Ingalls, il ne sait même pas où elle habite. Et quand le petit Guillaume demande à sa mère pourquoi ils n'ont pas la télévision, elle lui répond que "c'est pour les vieilles personnes qui ne savent plus quoi faire de leur vie". Et puisqu'il insiste, elle l'emmène au cinéma.

 

Pour Guillaume, c'est le début d'une grande découverte, qui va guider une partie de sa vie durant son enfance et son adolescence. Si au départ il ne comprend pas tout, il y a quand même des scènes qui marquent pour toujours : un rat blanc aux yeux rouges, une femme qui crache du sang, un enfant qui se jette d'un immeuble...

 

*****

 

Difficile de raconter plus sans dévoiler tout le sel de roman qui contient certainement une bonne part d'autobiographie. Guillaume Guéraud est très fort pour nous faire revivre ses souvenirs cinématographiques. Même avec son regard d'aujourd'hui, il arrive à nous faire comprendre ce qu'il a ressenti à l'époque. C'est très réussi.

 

Côté style, j'ai retrouvé tout ce que j'aime dans ses romans. Beaucoup de réalisme, une pointe d'humour, une certaine violence, une certaine nostalgie et énormément de talent.

 

Au-delà de cet aspect, c'est le récit d'un passionné de cinéma, qui montre comment le septième art trouve des échos dans la vie réelle et l'influence. Ou comment Jennifer Jones devient une icône érotique pour un adolescent, comment la violence de Scarface guérit des tics, comment la Strada est le premier film à arracher des larmes.

 

Ces souvenirs, évoqués en quelques pages, sont étonnamment puissants. J'ai été vraiment touché par tous ces épisodes d'une vie passée et pas tellement éloignée. Guillaume Guéraud donne envie de découvrir les films qu'il cite, parce qu'on sent qu'ils ont quelque chose de particulier. Et que, bien à l'intérieur de moi, j'espère qu'ils me toucheront autant que lui.

 

Guillaume Guéraud montre aussi autre chose. Ce qui compte finalement, ce n'est pas à quel âge on voit un film, mais avec qui, ce qu'il laisse dans son esprit et comment il fait écho à notre vie.

 

Les avis de Gaëlle et Ulaz.

 

Sans la télé / Guillaume Guéraud. - Ed. du Rouergue, 2010. - Collection DoAdo.

Partager cet article

Repost 0

commentaires

Jean-François 21/12/2010 08:18



J'aime bien cet auteur, pas encore dans notre médiathèque, j'en fait tout de suite une suggestion...


Merci et bonnes fêtes !