Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
25 août 2011 4 25 /08 /août /2011 07:00

ete-arpents-wildsmith.gifJohn, 12 ans, est ravi. Sa famille quitte la ville pour s'installer à la campagne. Avec ses parents, son grand frère et ses deux petites soeurs, ils rejoignent une ancienne ferme et le grand terrain qui l'entoure, les Arpents. Son père compte l'exploiter pour vivre.

 

Pour le jeune garçon, aucun regret. Il est au contraire ravi de retrouver la nature et surtout de la liberté offerte par ce terrain gigantesque. Toute la journée, il l'explore seul ou avec ses frères et soeurs. Il est notamment attiré par une vieille cabane, première maison construite sur le terrain il y a plus d'un siècle.

 

Il y est d'ailleurs exilé avec son grand frère David et sa soeur Paula, le temps que leur père réalise les travaux dans leurs futures chambres. Les enfants sont enchantés à cette perspective et en profitent largement.

 

Cependant, petit à petit, des éléments leur posent question. Cette maison abandonnée n'est-elle pas trop propre alors que personne n'y vit depuis des années ? A qui appartiennent les traces de pas trouvées dans les bois ? Qui joue du tambour la nuit ? La fratrie se doute que quelqu'un d'autre vit aux Arpents. Mais faut-il en parler aux parents, avec le risque de passer l'été enfermé ?

 

*****

 

Edité pour la première fois en 1975, ce roman d'Alan Wildsmith n'a pas pris une ride et apporte une bouffée d'air frais. Réédité régulièrement, il est assez attrayant dans cette nouvelle présentation. Mon seul regret est qu'il n'est pas accompagné des deux autres volumes de la série, Un hiver aux Arpents et Les Arpents sur le sentier de la guerre, que je lirais avec plaisir.

 

Toute simple qu'elle soit, l'histoire est un véritable hymne à la nature, à la liberté de l'enfance et à la tolérance. Aux Arpents, les enfants sont libres d'aller où ils veulent, quand ils le veulent, dans cette région boisée et gigantesque. Leurs parents leur font entièrement confiance et ne cherchent pas à les surprotéger. Ils sont quand même présents et sont les premières personnes vers lesquelles se tournent les enfants en cas de soucis.

Les messages de tolérance portent sur le caractère de chacun. Tout le monde est différent, ce qui n'empêche pas de se respecter. Il y aussi une description des conditions de vie des Indiens (le livre date de 1975, mais je ne pense que la situation ait beaucoup évoluée) et qui les dénonce. John, David et Paula en prennent conscience car on leur a jamais expliqué la situation.

 

J'ai ressenti beaucoup de plaisirà la lecture de ce récit relaté par le regard John. Plein d'humour et d'entrain, il sait faire monter le suspens petit à petit jusqu'à ce que l'on connaisse la vérité. Plusieurs rebondissements sont là pour maintenir l'attention jusqu'au dénouement final.

L'auteur est aussi un formidable portraitiste, qui sait rendre ses personnages attachants et les dotent d'une véritable personnalité. Il sait aussi les rendre plus inquiétants quand c'est nécessaire.

 

Un été aux Arpents est donc pour moi un formidable roman jeunesse, une petite merveille qui a gardé le goût de l'enfance et de la liberté.

 

PS : Après avoir vérifié, un arpent est une "ancienne mesure agraire qui valait 20 à 50 acres". Ceci explique le titre original Summer at Forty-five Acres.

 

*****

 

A partir de 9 ans.

 

Première phrase : "Je m'appelle Peter John."

 

Un été aux Arpents / Alan Wildsmith, traduit de l'anglais (Etats-Unis) par Anne-Marie Chapouton. - Castor Poche-Flammarion, 2011. - Collection Castor Poche roman.

Partager cet article

Repost 0

commentaires

Chez libouli 21/09/2011 13:21



je l'ai lu dans sa version originale...il y a donc quelques années ! .il est encore dans la bibliothèque familiale...dès que je pose les yeux dessus, je me souviens de mes étés, du plaisir que
j'avais découvert dans les lectures...grêce à un de ceux-là d'ailleurs...et je l'ai vu sur les étagères de la librairie...il y a des livres faits pour rester, que l'on peut transmettre de
générations en générations.



Reno 22/09/2011 19:38



Quel beau commentaire ! Merci beaucoup pour ce témoignage. Un été aux Arpents est vraiment un livre intemporel, qu'on peut avoir découvert jeunes et qu'on peut relire aujourd'hui avec
d'autres jeunes. Cette universalité fait chaud au coeur.