Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
4 janvier 2010 1 04 /01 /janvier /2010 18:31
avatar-le-film.jpgPour bien commencer l'année, rien de tel qu'un bon block-buster. Eh bien oui, j'ai craqué et suis allé voir Avatar de James Cameron. Malgré des échos dissonants, j'avais envie de voir ce que rendait un film en 3D. Avant de donner mon opinion, voici un résumé du scénario.

*****

Nous sommes en 2154. Jake Sully est un ancien soldat américain, qui a perdu l'usage de ses jambes au combat. On lui propose alors de remplacer son frère jumeau, qui est mort alors qu'il travaillait sur un projet scientifique. Cette proposition est possible, car leur patrimoine génétique est proche.
Voilà donc Jake en route pour la planète Pandora, exploité par les hommes pour un minerai extrêmement vital pour la survie de l'humanité. Seulement, d'une part l'air y est irrespirable pour les humains, d'autre part, elle est habitée par les Na'vi.
Des scientifiques ont donc créé des avatars. Il s'agit de corps, mélange de gènes humains et na'vi, dans lesquelles on projette son esprit. Cela permet à Jake de retrouver l'usage de ses jambes sous cette nouvelle enveloppe.
Mais les scientifiques ne sont pas seuls sur cette planète : il y a aussi l'entreprise et l'armée. Les Na'vi gênent leur avancée et ils souhaiteraient bien s'en débarrasser.
Jake, suite à plusieurs péripéties, devient l'humain le plus proche des Na'vi. Il découvrira leur vie et leurs croyances. Mais il est resté un soldat, et doit transmettre toutes les informations qu'il récolte à l'armée...

*****

J'ai entendu beaucoup de remarques portant sur l'originalité du scénario. Il est vrai que l'histoire est très attendue, et ne déroge en rien aux règles du genre. Il s'agit bien d'un film américain, et chacun sera récompensé comme il le mérite.
On peut cependant s'amuser à faire la liste de tous les thèmes abordés par James Cameron : l'écologie (il faut vivre en harmonie avec son environnement), l'histoire (quand on arrive sur une nouvelle terre, il faut respecter les autochtones et ne pas les chasser, comme cela s'est déjà vu), la rencontre amoureuse (l'effet "Meetic" ou comment on réagit quand on voit l'autre sans son avatar ).
Rien de bien nouveau sous le soleil, mais beaucoup de bons sentiments.

Quant à la 3D, je ne savais pas à quoi m'attendre et pour tout dire, ça n'a pas été une expérience désagréable. Il y a parfois des petits ratés, qui ne gâchent rien à l'ensemble.
James Cameron l'utilise à bon escient. Ne vous attendez pas à voir des monstres se jeter à votre visage. A ce titre, les bandes-annonces sont beaucoup plus appuyées (j'ai vraiment que j'allais me la prendre, cette fraise tagada ). Le réalisateur l'utilise plutôt pour donner plus de contrastes à son image, plus de poésie. C'est réussi et je ne regrette pas d'avoir tenté l'expérience.
D'autant que les images de synthèse sont très soignées. Pour la première fois, j'ai eu l'impression que l'image était réelle, et ne venait en grande partie d'un ordinateur.

En conclusion, je ne peux honnêtement pas déconseillé ce film. C'est une excellent expérience visuelle, avec un scénario attendu mais pas désagréable. En en parlant après avec des amis, nous sommes tombés d'accord : il manque juste un petit quelque chose à Avatar pour être un grand film au lieu d'un bon film.

La bande-annonce :


AVATAR - TEASER HD VF - JAMES CAMERON
envoyé par baryla. - Les dernières bandes annonces en ligne.

Avatar / réalisé par James Cameron ; avec Sam Worthington, Zoe Saldana, Sigourney Weaver... . - 2009.

Partager cet article

Repost0
1 janvier 2010 5 01 /01 /janvier /2010 00:00
2227737813_1.jpg

Encore une année et une décennie de terminées !

Je souhaite de tout coeur que l'année 2010 et toutes les 201X vous apportent beaucoup
de bonnes lectures,
de santé
et de bonheurs
pour vous et pour ceux qui vous sont chers.

Alors 1, 2 3...

Bienvenue à 2010  et bonne année à tous !

Partager cet article

Repost0
25 décembre 2009 5 25 /12 /décembre /2009 00:00
JOYEUX NOEL A TOUS !

2119398759_b832c2f195.jpg

Passez un bon réveillon, et que le Père Noël remplisse bien votre chausson !
A bientôt.
Reno

Partager cet article

Repost0
24 décembre 2009 4 24 /12 /décembre /2009 12:20
au-secour-c-est-noel-anne-fine.gifNoël en famille, vous détestez ? Eh bien voici le livre fait pour vous !

Car pour Ralph et sa famille, c'est l'enfer. Comment passer du bon temps avec :
*un oncle complètement gamin ;
*une cousine crâneuse habillée avec une meringue ;
*ses parents persuadés qu'elle est un génie ;
*une tante sénile qui croit que le pasteur vole devant la fenêtre ;
*une grand-mère acariâtre ;
*un oncle radin ;
*ses enfants infernaux (le chien a du mal à se remettre de sa dernière crise de nerf)...

Surtout que tout ce petit monde a toujours une phrase bien placée pour assener leurs vérités aux autres. Bref un vrai bonheur...

******

Vous l'aurez compris, Anne Fine traite ce sujet avec beaucoup d'humour. J'ai trouvé le début de l'histoire confus. Mais dès que les personnages ont été cernés, on peut se payer une bonne tranche de fou rire. Comment résister à des situations si cocasses (ah, ce « jeu de la vérité » improvisé, quel moment d'anthologie) ? D'autant qu'on se retrouve assez souvent dans les réactions et les pensées de ces personnages.

Et puis c'est un livre de saison ! D'ici là, je vous un souhaite un bon réveillon

Au secours, c'est Noël ! / Anne Fine, trad. de l'anglais Dominique Kugler. – Ecole des loisirs, 2006. – (Neuf).

Partager cet article

Repost0
18 décembre 2009 5 18 /12 /décembre /2009 00:00

celle-que-je-voudrais-etre-vanyda.jpgVoici la suite de la vie de Valentine, ado d’aujourd’hui.

 

La voilà maintenant en seconde. Le groupe auquel elle appartenait en troisième est maintenant éclaté, chacune ayant choisi une voie différente.

 

Valentine se retrouve donc seule. Alors qu’avant le collectif prévalait, il faut maintenant qu’elle agisse par elle-même. Elle va devoir se refaire des amis et vaincre sa timidité pour passer le cap.

 

Elle découvre ainsi que certains élèves sont plus sympas qu’ils en ont l’air et d’autres sont pires. Elle va faire ses propres expériences pendant les soirées. Elle va s’éloigner d’Emilie, l’ancienne meneuse, dont le comportement est resté enfantin. Elle va surtout se rapprocher de Juliette, jeune fille énergique et droite, qui force l’admiration de Valentine.

Et puis bien sûr, elle va vivre ses premiers amours…

 

Le trait de Vanyda me plaît toujours autant. Même si son style tend vers le manga, je ne suis pas sûr qu’on puisse le qualifier de “manga français”.

Ce que je sais par contre, c’est que l’histoire qu’elle dessine et raconte me passionne. J’admire sa sensibilité, tout ce qu’elle arrive à faire passer dans un regard.

 

Vanyda nous fait revivre l’évolution d’une jeune fille qui commence à sortir de l’adolescence et à rentrer dans l’âge adulte, en combattant sa timidité et en trouvant des modèles. Et elle le fait avec talent.

 

Ce deuxième album est un  véritable coup de coeur, et j’attends le troisième avec impatience.

 

Le site de Vanyda.

 

Les avis de Clarabel, de Laure et de Faelys.


Celle que je voudrais être / Vanyda. – Dargaud, 2009.

Partager cet article

Repost0
16 décembre 2009 3 16 /12 /décembre /2009 21:40
plus-belle-la-vie-les-mesaventures-de-nathan.gifEn cours d’année scolaire, Nathan arrive à Marseille, dans le quartier du Mistral. Et il a du mal à s’adapter à son nouvel environnement : même sa prof principale le déteste.

Alors Nathan va faire des bêtises pour se faire renvoyer et ainsi retourner à Bordeaux. Seulement, sa dernière bêtise, dérégler l’alarme incendie du collège, va avoir des conséquences inattendues.

*****

Eh bien oui ! Après avoir séduit le public sur France 3, "Plus belle la vie" débarque en livres pour la jeunesse. En plus de ce titre, deux autres sont consacrés aux personnages les plus jeunes de la série : Johanna et Sybille et Raphaël.

Dans ce roman de commande, ce n’est pas trop l’histoire qui pose problème. Après tout, il arrive que des enfants aient du mal à s’adapter après un changement de ville.

Mais il y a d’autres problèmes qui se posent.
D’abord, le style qui veut faire jeune mais qui n’y arrive (quel ado parle de BD sur les ninjas ?).
Ensuite il y a un décalage entre l’âge des protagonistes et leur comportement. A 14 ans, je ne suis pas persuadé que sauver une tortue fasse de vous un héros.

Quant à la licence « Plus belle la vie », elle consiste juste à citer certains personnages de la série, sans que cela n’apporte rien au récit.

Je n'ai donc pas été séduit par ce titre. Nos chères têtes blondes y trouveront-elles leur compte ? Pour ma part, je ne tenterai pas l'expérience.

Les mésaventures de Nathan / Renaud Lhardy ; ill. vivilablonde. - Tigre bleu, Telfrance, 2009. - (Plus belle la vie).

Partager cet article

Repost0
11 décembre 2009 5 11 /12 /décembre /2009 07:35

mon aventure sous la terre defossez balicevic Le père et l’oncle de Lise (9 ans) font de la spéléologie. La fillette aimerait les accompagner mais ils refusent.


Aussi fait-elle le forcing, en se cachant dans la voiture. Le forfait découvert trop tardivement, les deux hommes accepteront d’emmener Lise dans leur expédition.


Lise doit alors affronter ses peurs : peur du noir, peur de la hauteur… Elle réussira haut la main, pour sa plus grande fierté.


Sauf qu’au moment de ressortir, la corde se rompt et son oncle se blesse. Il ne reste alors plus qu’à attendre les secours. Mais la situation est très dure pour l’oncle.

Son père demande alors à Lise, s’il le souhaite, de tenter de sortir par un passage plus étroit et ainsi appeler à l’aide plus rapidement.

 

*****

 

Il s’agit d’un premier roman bien écrit et bien illustré. Le sujet est rarement traité et, en plus, il est accompagné d’un peu d’aventure et d’action.


C’est une lecture que je conseille sans hésiter, à partir de 7 ans.

 

Mon aventure sous la terre / Jean-Marie Defossez ; ill. Didier Balicevic. - Bayard, 2009. - (J’aime lire).

Partager cet article

Repost0
7 décembre 2009 1 07 /12 /décembre /2009 21:09
L'éditeur Armand Colin a eu la très bonne idée de lancer une nouvelle collection de livre sur le cinéma. A quelques semaines de Noël, c'est une très bonne idée, car il s'agit de très beaux ouvrages. Le format à l'italienne est très sympathique. Les illustrations sont nombreuses et de bonnes qualités.

Pour ma part, j'ai lu celui concernant les monstres au cinéma. Ce volume a été écrit par Eric Dufour, qui est professeur de philosophie à l'université Grenoble II. Et il maîtrise son sujet, car il a déjà écrit d'autres titres sur le cinéma. Il s'appuie également sur les fiches de Monsieur Cinéma.

Son analyse sur les monstres dans les films est très intéressante. Pour la mener, il s'appuyant sur un grand nombre de références couvrant tout le siècle, de A la conquête du pôle de Georges Méliès (1912) à Scream de Wes Craven (1996). Le film cité le plus récent est Invasion d'Oliver Hirschbiegel (2007).

Le propos, pas trop long et bien construit, est divisé en 4 parties.
Dans la première, Eric Dufour tente de définir ce qu'est un monstre, ce qui fait sa spécificité : un être différent de l'homme (les extra-terrestres), un homme différent (monstre de foir), un mélange des deux (Terminator), ou bien ce qui ne possède pas d'humanité ?
La seconde partie est plus cinématographique. Il décrit les procédés anciens et nouveaux pour donner un visage au monstre, tels que le maquillage, les marionnettes, le numérique...
Dans la partie suivante, l'auteur s'appuie sur différents exemples pour aborder la manière de mettre (ou pas) en scène le monstre. Il insiste sur le fait que la façon de filmer joue beaucoup sur la peur que peut inspirer le film, et que tout montrer n'est pas forcément la meilleure solution.
Enfin, Eric Dufour évoque la place du monstre dans son monde et par rapport au spectateur.

Il est vrai que le propose d'Eric Dufour vole parfois haut. Il cite notamment Kant : je n'ai jamais été très bon en philo, alors je n'ai pas forcément tout compris .
Mais au final, malgré mes lacunes, j'ai trouvé son analyse passionnante des films de monstres du cinéma d'horreur. Ils sont ainsi montrés sous un autre jour, avec une lecture plus poussée. Et l'image de ces créatures a changé à mes yeux.
Il est certain, en refermant cet ouvrage, que je vais regarder ce genre avec un autre oeil, plus averti et plus critique. J'ai même envie de voir certains films de zombies, moi qui ai horreur de ça

Si le texte est intéressant, il n'en reste pas moins que les personnes moins passionnées ou plus jeunes (enfin pas trop sur ce titre) y trouveront aussi leur compte. En effet, les nombreuses illustrations sont accompagnées de courts textes explicatifs, qui permettent de feuilleter l'ouvrage et de picorer au choix.

C'est donc un très bon ouvrage, qui se dévore avec plaisir. Pour ma part, les cadeaux de Noël sont déjà prêts, mais je garde l'idée pour l'année prochaine

L'avis de Black Mamba, plutôt positif.

Il existe d'autres sujets dans cette collection, assez originaux pour la plupart. Je vous laisse les découvrir dans cette bande-annonce (moi je lirais bien celui sur les hommes objets) :



Merci beaucoup à Ulike et à Armand Colin pour cet envoi.

Les monstres au cinéma / Eric Dufour. - Armand Colin, 2009. - 127 p.
ISBN 978-2-200-24287-9 : 18,50 €

Partager cet article

Repost0
4 décembre 2009 5 04 /12 /décembre /2009 00:00
Depuis la disparition dans l'espace de son père, Deyann, 13 ans, vit seul sur une petite planète satellite perdue au fond de la galaxie. Ils veillent sur les machines qui exploitent le sol du sattellite, en attendant que la compagnie vienne le rechercher.

Aussi, sa surprise est grande quand, après une alerte, il trouve dans un tunnel le corps sans vie d'une jeune fille. Il a à peine le temps de se poser des questions qu'une créature effrayante, qui dégage un froid intense, l'attaque. Il arrive à lui échapper en s'engouffrant dans une drôle de brèche.

Commence pour lui une drôle d'aventure. Le voilà projeté dans un dirigeable gigantesque, rempli de voyageurs. Repérant une créature et la jeune fille qu'il croyait morte, il comprend qu'il est revenu en arrière et va tenter de changer le cours des évènements...

*****
 
Ce résumé ne présente que la première partie du roman. Mais la suite es tellement difficile à raconter que je préfère m'arrêter là, de peur de vous embrouiller.

Il n'empêche que ce livre est un très bon roman de science-fiction et que les amateurs de paradoxes temporels y trouveront leur compte. Car la suite est basée sur le même canevas que le film "Un jour sans fin" réalisé par Harold Ramis. Deyann va pouvoir revivre plusieurs fois les évènements en s'appuyant sur ses expériences précédentes. On obtient donc une histoire entraînante, remplie de rebondissements.

L'idée des auteurs (Ange est la contraction d'Anne et Gérard) de la "Fleur-Univers" est également très poétique.

Il s'agit donc d'un livre d'aventures à découvrir, où le récit est mené tambour battant.

L'avis de Sophie Pilaire de Ricochet.

A partir de 12 ans.

A mille milles de toute terre habitée / Ange. - Syros, 2008. - (Soon).

Partager cet article

Repost0
2 décembre 2009 3 02 /12 /décembre /2009 00:00

Je n’étais pas vraiment emballé à l’idée d’aller voir ce film. Mais comme une amie me l’a conseillé, je me suis laissé tenter. Et c’est sans regrets.

 

This is it est le montage des images enregistrées lors des répétitions des concerts que Michael Jackson devait donner à Londres quelques semaines après sa mort. Ces images devaient nourrir le spectacle et, j’imagine, un bonus pour un futur DVD. Il n’en sera donc rien puisque suite aux circonstances tragiques que vous connaissez, ces concerts n’auront jamais lieu.

 

Effectivement, on pourrait penser que le but de ce film n’est que de se faire un peu plus de fric sur le dos de Michael Jackson. Pour ma part, je ne pense pas cela. Car ce spectacle devait être pharaonique, avec des chorégraphies et une mise en scène originales et surprenantes. J’ai beaucoup aimé par exemple ce qui était prévu pour Thriller.

 

Plusieurs personnes (des danseurs, des musiciens, des costumiers…) y croyaient, se donnaient à 100% et réalisaient leur rêve. Il me semble donc juste de leur rendre aussi hommage en découvrant une partie du travail qu’ils ont réalisé.

 

C’est aussi l’occasion de découvrir une dernière fois un artiste comme Michael Jackson. Il était certes affaibli par les médicaments. Mais il donnait toujours l’impression de professionnalisme et d’exiger le meilleur des autres pour satisfaire et impressionner son public. Il était vraiment un grand artiste, chanteur, musicien et danseur jusqu’au bout.

 

Je ne vous dis pas d’aller voir absolument ce film. Mais si vous y allez, vous ne le regretterez pas (et il est diffusé depuis plus de deux semaines).

 

La bande annonce :

 

 

 

Michael Jackson's This is it / réal. par Kenny Ortega. – 2009.

Partager cet article

Repost0