Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
23 mars 2009 1 23 /03 /mars /2009 09:00
Coucou,

Je prolonge la semaine Thaïlandaise, pour cause de manque de temps la semaine dernière

Après Bangkok, nous avons pris le train de nuit pour Chiang Mai, au Nord du pays.


On l'appelle la ville aux 300 temples (mais je ne vous en fais voir que 2 )




Le lendemain, nous sommes partis pour un trek de 3 jours dans la jungle. Au programme, balade à dos d'éléphant...


lâché de montgolfière...


rencontres avec des animaux : buffles,


cochons,


et tarentules !


Nous avons dormis dans des villages comme ceux-ci, perdus au milieu des rizières.


Les familles qui y habitent sont très accueillantes et gentilles.


Voilà la méthode pour griller son pain.


Les assiettes sont très écologiques.


Les paysages étaient très beaux.


Et pour finir, une baignade au pied de la cascade (l'eau était assez froide).



Partager cet article

Repost0
20 mars 2009 5 20 /03 /mars /2009 09:00
Juste avant de partir en voyage, ce libre m'est passé entre les mains. Il existe quand même des bonnes coïncidences 


Micah est un jeune adolescent. D'origine thaïlandaise, il a été adopté très jeune par un couple de français. S'il aime beaucoup sa famille, il a du mal à trouver sa place, n'étant pas vu comme un Français par ses camarades de classe et refusant tout rapport avec son pays d'origine. Le récent décès de sa mère adoptive a rendu cette situation encore plus difficile.
Un jour pourtant, une lettre arrive. Elle annonce que Micah a hérité en Thaïlande d'une terre perdue dans la jungle. D'abord réticent, il finit par accepter d'aller voir cet endroit avec sa famille, avant de le rendre. Leur surprise sera grande de découvrir qu'y vivent dans un vieux camp quelques cornacs et des éléphants. Le père et la soeur de Micah ont alors une idée : aménager l'endroit pour accueillir des touristes qui souhaitent se ressourcer. Micah a d'abord du mal à accepter cette idée, mais finit par être d'accord.
Il faut dire qu'il rencontre au camp un cornac assez âgé, appelé Lec. Celui-ci va lui apprendre à entendre les voix de la jungle. Micah, en se concentrant, à un pouvoir spécial : il peut entendre chaque son de la forêt, des insectes aux plantes en train de pousser. Ce qu'il ne sait pas encore, c'est qu'un drame a eu lieu au camp il y a quelques années : un homme a été assassiné et son meurtrier n'a pas été retrouvé...

Frédéric Lepage est réalisateur et il s'agit de son premier roman. Son premier film, Sunny et l'éléphant, se déroule également en Thaïlande.
Cette connaissance de ce pays lui permet de faire passer une quantité impressionnante d'informations sur la Thaïlande, ses coutumes, ses moeurs... On sent qu'il est passionné par ce pays et le connait très bien. Ce point est la principale qualité du roman.
L'intrigue, à la fois policière (crime) et fantastique (fantôme et pouvoir magique), est intéressante et on a réellement envie de connaître le fin mot de l'histoire. On envie également Micah et sa famille, qui réalisent leur rêve et créent un lieu où il fait bon vivre.
Il s'agit a priori d'un premier volume, qui plante l'intrigue. Une suite est à prévoir, mais ce premier volume peut se lire seul.

L'avis d'Anaïs sur le blog de la Médiathèque de Bagnolet.
Dans le roman, la soeur de Micah, Charlie, tient son blog. Vous pouvez le découvrir sur Internet.
Le site Le Camp des éléphants contient également de nombreuses informations.

Micah et les voix de la jungle, 01 : Le camp des éléphants / Frédéric Lepage. - MSK, 2008.

Partager cet article

Repost0
19 mars 2009 4 19 /03 /mars /2009 09:00
Deux passages à Bangkok pendant le voyage : un au début du séjour, le second à la fin. C'est une très grande ville et je n'en ai vu qu'une petite partie.

Temple tout neuf dans le quartier chinois (Chinatown)


4 millions de personnes vivent à Bangkok. Autant vous dire que les embouteillages sont nombreux. Les lignes de bus sont assez mal indiquées, aussi on se déplace plutôt en taxi (climatisé) ou en tuk-tuk (vous pouvez en voir un ci-dessous).

Visite du Wat Arun, au style cambodgien.


Visite du Palais Royal. Le site est très grand, très richement décoré. Les Thaïlandais aiment beaucoup leur roi et ont beaucoup de respect pour lui et sa famille.



En Thaïlande, il y a aussi des places prioritaires dans le métro.

Visite du Wat Po, là où se trouve l'immense Bouddha couché. Mais il y a également d'autres choses à découvrir.



Un temple indien dans Bangkok.




Partager cet article

Repost0
18 mars 2009 3 18 /03 /mars /2009 09:00

Pour visiter un pays, rien ne vaut un bon guide. Justement (comme par hasard), on m'a offert le Petit Futé traitant de la Thaïlande.

J'ai trouvé ce guide très intéressant. Il donne beaucoup d'informations générales utiles sur le pays, la culture, les traditions. J'ai dévoré les premières pages qui nous permettent de découvrir la Thaïlande et donnent très envie d'y aller.

Dans l'action, il s'est révélé être une vraie ressource, qui m'a bien aidé. Je n'ai pas vraiment utilisé les adresses d'hébergement, les guesthouses étant très nombreuses en Thaïlande. En revanche, il m'a servi pour tous les centres d'intérêts de chaque ville.

Deux petites remarques :

- Les plans des villes sont très succincts et ne permettent pas toujours de bien se répérer. S'ils donnent des grandes lignes, il est nécessaire de se procurer des cartes sur place ;

- Certaines informations sont déjà erronées. Il faut dire à leur décharge que les choses bougent très vite en Thaïlande et que la crise y sévit durement.

Je vous conseille donc ce livre pour une première approche de la Thaïlande. Il peut éventuellement être intéressant de le compléter par un autre guide (quelqu'un d'autre avait le Lonely Planet, ce qui nous a permis de recouper et de préciser certaines informations).

Partager cet article

Repost0
17 mars 2009 2 17 /03 /mars /2009 09:00
Le voyage en avion comprenait une étape au Koweït. L'aéroport était petit, mais j'ai pu y rencontrer la poupée Jamila, qui est à première vue l'alter ego de Barbie au Moyen-Orient (notez que Jamil est son Ken).


L'aéroport de Bangkok est tout neuf, très grand et on s'y perd facilement.

Accueil typiquement thaïlandais : dans tous les restaurants, le waï est de rigueur.

La famille royale est très aimée par le peuple thaï. Le roi, âgé de 81 ans, s'est retiré au bord de la mer mais il est toujours présent pour les évènements importants.

Les geckos sont très nombreux. Ils viennent le soir à côté des lampes pour attraper de nombreux insectes. Son cri est très caractéristique.

Le jus de coco est très frais en Thaïlande et servi dans son emballage d'origine.

J'ai eu la chance d'être logée chez une amie à Bangkok. Voici la vue du quartier Silom, à partir du 13ème étage.

Partager cet article

Repost0
20 février 2009 5 20 /02 /février /2009 09:00

Louise en est toute retournée : Victor, son amoureux, l'a simplement et purement ignorée aujourd'hui. Ce qu'elle a lu dans ses yeux la chamboule. Ce n'est pas de la colère mais un vide.
Pour conclure cette journée si mal commencée, elle apprend que ses parents divorcent car sa mère a un amant.
La vie est vraiment trop dure !!!

Bon, je rigole un peu parce que c'est vrai que au départ, ça fait un peu adolescente stéréotypée : "oh mon dieu, c'est trop dur la vie, y a Kevin qui m'aime pus...".
Mais l'histoire est bien menée et bien écrite. Donc ça passe et ça fait réfléchir.
Ce qui me dérange plus, c'est l'âge de Louise. Elle me semble beaucoup trop mature par rapport à la situation.

Est-ce une raison pour passer à côté de ce court roman ? Je vous laisse seuls juges.

Trop dans une seule journée / Guy Jimenes. - Oskar jeunesse, 2008. - (Poche roman).

Partager cet article

Repost0
19 février 2009 4 19 /02 /février /2009 09:00

On retrouve Stargirl, qui écrit sous forme de journal une longue lettre à Léo, qui l'a laissé tomber et est resté dans leur ancien lycée.
Adolescente originale (atypique même), elle raconte sa vie, ses envies et décrit avec brio les différentes personnes qu'elles rencontrent : Dootsie, 5 ans et à la limite de l'hyperactivité ; Betty Lou, agoraphobe depuis 9 ans ; Alvina, qui sait plus utiliser ses poings que les mots ; et Perry, si insolent et aux yeux si bleus...
Stargirl, qui ne va pas à l'école, tente de les rendre heureux, telle une Amélie Poulain américaine. Et elle y arrive, car une fille si en accord avec elle-même, ne peut qu'être aimée et répandre la joie.
Seulement, l'absence de Léo lui pèse...

Jerry Spinelli ne m'a jamais déçu et c'est encore vrai cette fois-ci. Bien que la présentation et le sujet laisse présager un roman "pour fille", le texte, lui, est universel.
Il croque si bien ses personnages et sait les rendre parfois énervants mais toujours attachants. J'ai été séduit par la liberté qui se dégage de Stargirl et en même temps par sa fragilité. Elle a la chance d'avoir des parents géniaux, qui sont toujours présents pour la soutenir. Et puis l'humour est toujours présent.
Bref, un vrai coup de coeur...

Clarabel en parle (avec le premier volume).

Signé Stargirl / Jerry Spinelli ; trad. de l'angl. (Etats-Unis) par Luc Rigoureau. - Flammarion, 2008. - (Tribal).

Partager cet article

Repost0
18 février 2009 3 18 /02 /février /2009 09:00

En 1961, paraissait un album qui allait devenir un classique : Les Trois Brigands de Tomi Ungerer. Des années plus tard, voici l'adaptation cinématographique. Et, franchement, ça valait le coup d'attendre.

Soit donc Tiffany, petite fille espiègle et orpheline, condamnée à rejoindre l'orphelinat et sa terrible directrice. Mais, heureusement pour elle, son chemin passe par la forêt où vivent trois brigands. Le premier à un tromblon, le deuxième un soufflet et le dernier une hache, trois outils pour dévaliser les braves gens traversant leur territoire.
Tiffany va tenter sa chance et, pour que les trois affreux l'emmènent, va raconter qu'elle la fille d'un TRES riche maharadjah. Nos brigands, répondant aux doux noms de Grigou, Rapiat et Filou, vont emmener la petite fille dans le but de demander une rançon.
Mais ils ne resteront pas longtemps insensibles au charme de cette amusante et vivante fillette...

Pour tenir les 1h15 du film, l'histoire originale a bien sûre été étoffée. Cela ne gâche en rien notre plaisir puisque les nouveaux personnages sont tous, à leur manière, amusants et originaux. Comme par exemple, le gendarme poursuivant les escargots pour excès de vitesse. Où bien la directrice de l'orphelinat qui exploite sans vergogne ses orphelins pour biiiiiip (vous n'avez qu'à regarder le film :-).
On retrouve en tout cas tout à fait l'esprit de Tomi Ungerer et ses détails qui intriguent tant (pourquoi toujours des robinets ?). En plus de l'intrigue principale, de multiples petites histoires se glissent entre deux scènes.
Quant à la bande son, elle est tout simplement fantastique, que ce soit la voix de Tomi Ungerer racontant l'histoire ou bien les chansons qui restent longtemps en tête (et croyez-moi, je parle d'expérience).
Alors ne boudez pas plus longtemps votre plaisir et (re)découvrez ce chef d'oeuvre.

Le site de Tomi Ungerer.

La bande-annonce :



Les Trois Brigands / réalisé par Hayo Freitag ; d'après le livre de Tomi Ungerer. - Wild Side, 2008.

Partager cet article

Repost0
17 février 2009 2 17 /02 /février /2009 09:00

New-York est devenu le terrain de combats occultes. Mais ça, personne ne le sait, sauf les personnes qui y sont confrontées.
C'est notamment le cas de l'agent Meredith et de son stagiaire Single. Ils enquêtent sur la mort étrange d'un reporter qui prétend que des démons sont parmi nous. Leurs investigations vont leur montrer que ce crime pourrait bien être lié à la mort mystérieuse du maire.
Heureusement pour eux, Ebenezer Graymes est revenu à New-York. Cet homme exceptionnel, qui a gardé la mémoire de ses vies antérieures, a été à bonne école avec le Docteur Neery. Graymes est maintenant l'habitant du 1, Montague Street, celui qui vérifie que les pactes sont bien respectés...

Honaker nous offre encore une fois un récit original et extrêmement bien mené. L'intrigue est certes un peu emberlificotée mais on se laisse porter par l'histoire qui ne s'appuie pas que sur des codes ultra-connus.
Ebenezer, malgré ses particularités, est un personnage intrigant auquel on s'attache.
Je n'ai qu'une envie, c'est de lire la suite...

Chasseur noir / Michel Honaker. - Flammarion, 2008. - (Tribal).

Partager cet article

Repost0
16 février 2009 1 16 /02 /février /2009 09:00

La famille Troll a quitté la Norvège pour vivre à Crétigny. Et l'adaptation n'est pas toujours facile.
Si Mme Troll a trouvé un emploi, qui lui permet de gagner des choux pour nourrir sa famille (les trolls ne comprennent pas toujours les concepts humains), M. Troll ne décroche aucun emploi. Il faut dire, comme il l'avouera à son fils, qu'il ne sait pas lire. Quand au fils, Ulrich, il essaie de s'adapter dans sa classe.
Pour cela, il aimerait bien entrer dans l'équipe de foot. Mais il lui faut des chaussures de foot. Pour les avoir, il faut des choux et donc un travail pour M. Troll. Celui-ci décide donc d'aller à l'école avec son fils.

Voici un roman intéressant à deux titres.
Tout d'abord, avec un côté humour pipi-caca, les trolls ont des drôles de moeurs : par exemple, gare à Ulrich si son père le surprend sous la douche !
Ensuite, cette famille de trolls qui essaient de s'adapter à la vie de l'homme occidental est touchante. Je pense que l'auteur a mis un sens caché dans son histoire. Une famille qui arrive dans un pays étranger, avec d'autres habitudes que les siennes, qui essaie de s'adapter mais qui du mal à comprendre la langue ou qui ne sait pas l'écrire, qui gagne peu d'argent et qui n'arrive pas à trouver du travail, l'enfant qui est plus débrouillard que ses parents parce qu'il va à l'école... ça ne vous fait penser à rien ?
Sous des allures amusantes, ce livre défend les différences, le respect et le partage.

Drôles de Trolls : Allez, les trolls ! / Alan McDonald ; ill. Mark Beech ; trad. de l'anglais Vanessa Rubio. - Gallimard jeunesse, 2008. - (Folio cadet).

Partager cet article

Repost0