Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
15 septembre 2011 4 15 /09 /septembre /2011 07:00

grand-deballage-konigsburg.gifAmedeo Kaplan va sympathiser avec William Wilcox d'une drôle de manière : en vidant la maison d'une vieille dame. Mme Zender, ancienne cantatrice exubérante, va quitter sa demeure pour rejoindre une résidence pour personnes âgées. Elles va donc nombre de ses biens, précieux pour la plupart, de la vaisselle à ses meubles.

 

William intervient car c'est sa mère qui a été chargé d'évaluer les biens et d'évaluer la vente. Amedeo va se greffer car il est le voisin de Mme Zender et qu'il a été très impressionné lors de sa première visite : la cantatrice possède une sonorisation musicale tout à fait exceptionnelle. De plus, Amedeo a un rêve : trouver un trésor perdu.

 

Les deux garçons, malgré leurs différences, vont petit à petit se nouer d'amitié. William, grâce à sa ténacité, a en effet pu repérer lors d'une précédent vent un paravent précieux que des antiquaires professionnels avaient délaissé. Quant à Amedeo, avec un père artiste et un parrain directeur d'un centre culturel, il possède de précieuses connaissances sur l'histoire de l'art.

 

En vidant la maison, ils vont découvrir peu à peu la vie de Mme Zender, qui rôde toujours autour d'eux. Elle va leur raconter des bribes de sa vie, tantôt incroyable, tantôt qui sonnent vrais. Jusqu'au moment où Amadeo va enfin trouver un trésor, qui les entraînera vers la Grande Histoire.

 

*****

 

Il s'agit du premier livre de E. L. Konigsburg que je lis. D'après les indications contenues à la fin de l'histoire, Le grand déballage est à relier à deux autres titres de cet auteur, Plus un mot et Les huluberlus, l'ensemble formant une "sorte de trilogie anachronique". C'est une information importante car, après avoir lu ce roman, j'ai bien envie d'en découvrir plus.

 

D'abord, E. L. Konigsburg a un très joli style. L'écriture est belle et permet de se glisser dans une histoire qui lie la vie quotidienne d'aujourd'hui avec des évènements qui se sont déroulés pendant la Seconde Guerre mondiale. Elle la met également au service de personnages qui ont tous une personnalité bien construite et une histoire personnelle que l'on découvre par touches. Amedeo, William et Mme Zender sont bien sûr ceux que l'on connaît le plus. Mais E. L. Konigsburg rend attachants même les personnages secondaires, comme la mère de William qui a une histoire douloureuse ou le parrain d'Amedeo, directeur culturelle un prétentieux mais très drôle également.

 

Concernant la plongée dans la Seconde Guerre mondiale, je ne veux pas trop en dire pour ne pas gâcher le plaisir de la lecture. On se doute rapidement de se qui va se passer. Mais quand tous les détails de l'histoire s'emboîtent, nous nous trouvons face à un récit émouvant, plein d'amour, de tolérance et de tristesse. J'ai vraiment été très touché par cette partie de l'histoire.

 

Enfin, Le grand déballage est un hommage rendu à l'art sous toutes ses formes. De la musique à la peinture, de nombreuses références et de nombreux artistes sont cités et fort bien intégrés dans le récit. Amedeo porte d'ailleurs le prénom de Modigliani. C'est aussi l'occasion de voir comment certains artistes ont été traités pendant la Seconde Guerre mondiale. A chaque étape du livre, on a donc une seule envie : avoir les toiles en face de soi, découvrir les morceaux pour mieux entrer dans l'histoire et partager ce que vivent Amedeo et William.

 

Vraiment, E. L. Konigsburg nous offre un roman riche, plein d'histoire, d'intelligence et d'émotions.

 

*****

 

Première phrase : "Le deuxième vendredi de septembre, en fin d'après-midi, Amedeo Kaplan descendit du car de ramassage scolaire dans un nuage d'insectes ailés".

 

Le grand déballage / E. L. Konigsburg ; traduit de l'anglais (Etats-Unis) par Dominique Kugler. - Bayard jeunesse, 2011. - Collection Millézime.

Partager cet article

Repost 0

commentaires