Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
13 octobre 2010 3 13 /10 /octobre /2010 17:53

Moi-moche-et-mechant.jpgGru est un méchant, un vrai. Il a déjà commis plusieurs larcins avec ses acolytes les minions, petits bonhommes verts, mélange de lapins crétins et de Scrat. Seulement voilà : des méchants plus jeunes et plus imaginatifs arrivent sur le marché du travail. Gru sort alors son plan démoniaque : voler la Lune !

 

Comme tout bon méchant qui se respecte, il a besoin de fonds. Il se dirige donc vers la Banque du Diable (ex-Lehman Brothers) pour obtenir un prêt. Hélas, celui-ci est conditionné au vol par Gru d’un pistolet réducteur.

 

Si notre méchant préféré réussi son vol, il sera lui-même volé par Vector, un de ces nouveaux jeunes méchants. Et il faut avouer que malgré son look ringard, il habite dans une forteresse inviolable.

 

Totalement inviolable ? Non ! Car trois fillettes orphelines, qui vendent des cookies, arrivent à y pénétrer sans problème. Méchant jusqu’au fond de son âme, Gru a alors une idée : adopter les trois fillettes pour faire pénétrer à leur insu chez Vector des robots-cookies qui l’aideront à récupérer son bien.

 

Ce qu’il ignore, c’est que les trois orphelines vont bousculer ses habitudes et son cœur de vieux garçon.

 

*****

 

Hilarant d’un bout à l’autre, ce film est vraiment une bonne surprise. Non pas que j’y allais à reculons : les critiques étaient plutôt bonnes. Mais alors, ça fait vraiment longtemps que je n’ai pas autant rigolé.

 

Les gags fusent d’un bout à l’autre. Il faut reconnaître que certains sont faciles et que d’autres perdent à la traduction. La plupart sont cependant tellement déjantés qu’il est impossible de sourire au minimum. Ce qui fait qu’il y en a pour tous les goûts et tous les âges.

 

Le succès doit beaucoup aux minions, créatures inidentifiables, au débit de parole ultra-rapide et à la voix aigue. Ils sont à la fois mignons et complètement barrés, ce qui les rend irrésistibles. D’ailleurs, il est prévu de leur faire vivre leurs propres aventures.

 

Bon, il n’y a qu’une chose qui m’a énervé. C’est le fait de devoir payer un supplément pour la 3D. Il est vrai que les images sont belles vues comme ça, mais bon, ça n’apporte pas grand chose à l’histoire.

 

Un vrai coup de cœur pour ce film très très drôle, où ceux qui aiment aussi les scènes d’actions et les scènes émouvantes ne seront pas oubliés.

 

La fiche du film sur AlloCiné.

 

 

 

 
Moi, moche et méchant de Pierre Coffin et Chris Renaud ; avec la voix française de Gad Elmaleh. – Universal Pictures, 2010.
Repost 0
18 février 2009 3 18 /02 /février /2009 09:00

En 1961, paraissait un album qui allait devenir un classique : Les Trois Brigands de Tomi Ungerer. Des années plus tard, voici l'adaptation cinématographique. Et, franchement, ça valait le coup d'attendre.

Soit donc Tiffany, petite fille espiègle et orpheline, condamnée à rejoindre l'orphelinat et sa terrible directrice. Mais, heureusement pour elle, son chemin passe par la forêt où vivent trois brigands. Le premier à un tromblon, le deuxième un soufflet et le dernier une hache, trois outils pour dévaliser les braves gens traversant leur territoire.
Tiffany va tenter sa chance et, pour que les trois affreux l'emmènent, va raconter qu'elle la fille d'un TRES riche maharadjah. Nos brigands, répondant aux doux noms de Grigou, Rapiat et Filou, vont emmener la petite fille dans le but de demander une rançon.
Mais ils ne resteront pas longtemps insensibles au charme de cette amusante et vivante fillette...

Pour tenir les 1h15 du film, l'histoire originale a bien sûre été étoffée. Cela ne gâche en rien notre plaisir puisque les nouveaux personnages sont tous, à leur manière, amusants et originaux. Comme par exemple, le gendarme poursuivant les escargots pour excès de vitesse. Où bien la directrice de l'orphelinat qui exploite sans vergogne ses orphelins pour biiiiiip (vous n'avez qu'à regarder le film :-).
On retrouve en tout cas tout à fait l'esprit de Tomi Ungerer et ses détails qui intriguent tant (pourquoi toujours des robinets ?). En plus de l'intrigue principale, de multiples petites histoires se glissent entre deux scènes.
Quant à la bande son, elle est tout simplement fantastique, que ce soit la voix de Tomi Ungerer racontant l'histoire ou bien les chansons qui restent longtemps en tête (et croyez-moi, je parle d'expérience).
Alors ne boudez pas plus longtemps votre plaisir et (re)découvrez ce chef d'oeuvre.

Le site de Tomi Ungerer.

La bande-annonce :



Les Trois Brigands / réalisé par Hayo Freitag ; d'après le livre de Tomi Ungerer. - Wild Side, 2008.

Repost 0
6 février 2009 5 06 /02 /février /2009 09:00

Une société de jouets, racheté par un grand consortium, introduit par erreur des puces destinées à un usage militaire dans des jouets. Ainsi, le Commando d'Elite, dirigé par Chip Hazard, se met dès leur démarrage à traquer les Gorgonites, petite bande de monstres innofensifs qui cherchent à rejoindre Gorgon.
Le problème est que le Commando d'Elite, représentants des soldats américains, va mettre en oeuvre toute la violence dont ils sont capables pour atteindre leur but. Ils prendront même pour cible les humains qui tenteront d'aider les Gorgonites. C'est ce que découvrira avec horreur Alan et sa charmante voisine...

10 ans maintenant que ce film est paru.
S'il m'avait paru grandiose à l'époque, je dois dire que le scénario (en dehors de certaines répliques, notamment sur les Spice Girls et la "guerre psychologique") s'adresse avant tout aux enfants.
On peut toutefois continuer à se rejouir des effets spéciaux, qui n'ont pas vieilli, ainsi que de l'humour toujours présent.
Si les parents risquent de trouver le tout un peu léger, les enfants apprécieront.

La bande-annonce (en VO) :



Un petit extrait pour Kirsten Dunst :



Small Soldiers / réalisé par Joe Dante ; avec Kirsten Dunst, Gregory Smith, Jay Mohr... - Universal, 1998.
Repost 0
9 janvier 2009 5 09 /01 /janvier /2009 09:00


Deux soeurs, Mei et Satsuki, vont habiter à la campagne avec leur père. Malgré le fait que leur mère soit à l'hôpital, les deux petites filles sont pleine de vie et d'énergie. Elles découvrent avec grand plaisir leur nouvelle maison, la nature et leurs voisins.
Parmi ces derniers, Totoro, une sorte de gros nounours avec certains pouvoirs magiques. Cet esprit de la forêt deviendra pour les deux enfants un véritable ami...

Mélaine m'avait laissé un commentaire m'encourageant vivement à voir ce film de Miyazaki. Je dois avouer que je ne suis pas déçu.
Si le récit n'est qu'un épisode de la vie de Mei et Satsuki, on y retrouve les thèmes chers au réalisateur : les êtres magiques, le respect de l'autre et de la nature... Tous les éléments du film sont une ode à ces thèmes. Totoro, être fantastique, représente bien tout ceci et cache derrière sa bonhomie beaucoup de malice et de tendresse.
Miyazaki prend le temps pour mettre les différents évènements en place. Pourtant, on ne s'ennuie pas une minute, fasciné par les personnages et leur comportement quand ils se rencontrent pour la première fois.
Je crois qu'il s'agit là du film de Miyazaki que je préfère pour les plus jeunes, à rapprocher de Kiki la petite sorcière.

Mon voisin Totoro / réalisé par Hayao Miyazaki. - 1988.

Repost 0
12 décembre 2008 5 12 /12 /décembre /2008 09:00

Comment ?!!? Vous ne connaissez pas les Razmoket ??!!??
Si c'est le cas, allumez la télé et choississez France 3 ou allez dans votre bibliothèque emprunter les DVD.

Série créée à l'origine pour la télévision grâce à Nickelodeon, les Razmoket sont une bande de tout-petits qui vivent dans leur maison et dans leur jardin des aventures quotidiennes extraordinaires.
L'originalité vient du fait que la prise de vue de ce dessin animé se fait à hauteur de leurs yeux, c'est à dire à ras du sol. Tout apparaît donc gigantesque et déformé.

Ici, c'est un film qui a été tiré de la série.


Le papa de Casse-Bonbon, inventeur de son état, a été appelé de toute urgence à Paris. Il doit en effet réparer le robot géant Reptar, qu'il a créé pour le parc Euroreptar. Voici donc Casse-Bonbon et son petit frère, La Binocle, les Grumeaux, Couette-Couette, le chien Hubert et leurs parents en route pour la capitale française.
Ce qu'ils ignorent, c'est que la directrice du parc, pour garder son poste, doit se trouvlinker un mari avec un enfant. Le papa de La Binocle, qui est veuf, ferait une "proie" parfaite, d'autant que La Binocle rêve d'avoir une nouvelle maman...

Rien de nouveau en ce qui concerne l'idée que se font les Américains de Paris : toutes les rues sont pavées et vous avez une superbe vue de la Tour Eiffel du Parvis de Notre-Dame.
L'animation est très proche du dessin animé, avec un côté plus soigné.
Quant au scénario, s'il est très rapide (normal pour un film pour enfants de 75 minutes), il contient à la fois des passages drôles (2 réparties à retenir : quand la directrice veut flatter un enfant, elle parle de "petite chose disproportionnée" et quand les Grumeaux voient un sumo ils n'aimeraient pas "avoir le nez sous sa couche") et des passages émouvants (quand La Binocle rêve de sa maman).

Un film simple mais pas simpliste où l'on ne prend les enfants pour des idiots.

Vous pouvez voir la bande-annonce sur Toutlecine.com.

Pour les fans : Mylène Farmer a participé à la BO. Voici le résultat :



Les Razmoket à Paris : le film / Stigber Gqvist, Paul Demyer. - Paramount, 2000.

Repost 0
14 novembre 2008 5 14 /11 /novembre /2008 09:00


A l'âge de 13 ans, les petites sorcières doivent quitter leur foyer pour aller vive pendant un an dans un endroit inconnu. C'est le cas de Kiki.
Accompagnée de son chat Jiji, elle choisira d'atterrir dans une ville au bord de la mer. D'un caractère facile, elle se trouvera rapidement un toit et des amis.
Mais vivre seule quand on sort à peine de l'enfance n'est pas si facile. Assaillie de doutes, Kiki verra ses pouvoirs s'affaiblir. Jusqu'au moment où, face aux évènements, il lui faudra reprendre confiance en elle...

C'est le film de Miyazaki le plus destiné à un jeune public que j'ai vu jusqu'à présent.
L'histoire est assez simple et rien n'est effrayant. On assiste simplement au passage vers l'âge adulte d'une enfant. Cela n'enlève rien à la qualité de ce film. L'histoire en elle-même est très belle et les personnages sont tous attachants.
Le style si reconnaissable de Miyazaki est toujours là et on ne s'en lasse pas. Les décors sont toujours très soignés et la ville où atterri Kiki un lieu de rêve : c'est un mélange entre Vienne, la Grèce et l'Italie.
Un rêve, je vous l'ai dit...

Kiki la petite sorcière / Hayao Miyazaki ; Studio Ghibli. 1989.

Repost 0
27 août 2008 3 27 /08 /août /2008 06:00
Wall-e / réal. Andrew Stanton. - Pixar, Walt Disney Studios, 2008.

Depuis près de 700 ans, la Terre (du moins l'Amérique du Nord) n'est plus qu'un vaste dépotoir. Les humains l'ont abandonnée pour une croisière dans l'espace et, dans l'attente de leur retour, ils ont laissé des petites machines censées faire le ménage durant leur absence. De ces petits robots, baptisés Wall-e (pour Waste Allocation Load Lifter Earth-Class), il n'en reste qu'un. Ce "survivant" est assez original : curieux et sympathique, il s'est construit sa petite vie. Habitant dans un container, il collectionne les traces de nos vies (briquets, ampoules...). Il a même décorer son habitat (vous verrez comment). Mais cette petite machine connaît aussi les affres de la solitude. Jusqu'au jour où débarque EVE (pour Extra-terrestrial Vegetation Evaluator). Wall-e est très heureux de cette arrivée. Mais EVE, complètement accaparée par la mission qui lui a été confiée, sera difficile à apprivoiser...

Ce résumé ne couvre que la première partie du film, celle qui nous met dans l'ambiance. Je ne vous raconte pas la suite mais vous encourage à aller la découvrir : il faut que vous voyez ce que nos descendants sont devenus :-)Ce scénario très original est accompagné d'un message écologique léger et pas du tout dérangeant. D'autre part, l'animation est extrêmement bien soignée. Les premières images, d'un réalisme saisissant, m'ont coupé le souffle tant elles étaient détaillées. On se serait cru dans un vrai film. Mais la plus grande réussite de ce film tient dans le personnage de Wall-e (même si les autres sont très biens). Constitué exclusivement de pièces détachées (comme ses yeux par exemple), ne parlant pas vraiment, les animateurs ont quand même réussi à lui donner des expressions et des comportements tout à fait humains. Il faut le voir avoir peur, être surpris, étonné, amoureux pour comprendre ce que je veux dire.

Courez donc voir ce film pour enfants qui plaira aussi aux plus grands...


Une bande annonce pour vous mettre en appétit :



L'avis de Papillon, de Laure.
Repost 0
17 juillet 2008 4 17 /07 /juillet /2008 06:00
Arthur et les Minimoys / Luc Besson ; avec les voix françaises de Mylène Farmer, Marc Lavoine, Jean-Paul Rouve.... 2007.

Je me souviens quand les livres d'Arthur et les Minimoys sont sortis. J'avais eu l'impression de lire un film de Luc Besson. Eh bien c'est maintenant chose faite.

L'histoire est simple. Arthur a 10 ans et vit avec sa grand-mère. Leur maison va être saisie si son grand-père ne réapparaît pas et ne paie pas ses dettes. Pour Arthur, il n'y a qu'une solution : retrouver le trésor caché dans le jardin. Mais pour cela, il lui faut rejoindre le monde des Minimoys. Une chance, son grand-père lui a laissé des indices. Le voilà donc parti dans une quête, accompagné de la princesse Sélénia et de son frère, pour affronter le terrible Maltazar...

L'animation en image de synthèse est excellente. J'ai visionné ce film sur un écran télé et je dois dire que j'y ai perdu : il y a tellement de détails que ce devait être beaucoup mieux sur grand écran. Seulement, malgré de nombreuses références à des livres, des films ou des chansons, je dois dire que j'ai trouvé le scénario trop rapide et un peu léger. Je pense cependant que cela ne devrait poser aucun problème aux enfants, qui apprécieront l'humour simple et les aventures de nos mini-héros. A découvrir en famille.
Repost 0