Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
20 janvier 2010 3 20 /01 /janvier /2010 00:00
cantique-apocalypse-joyeuse-arto-paasilinna.gifAu seuil de la mort, Asser Toropainen confie une drôle de mission à son petit-fils Eemeli Toropainen. Alors qu'en tant que communiste, il a brûlé des églises toute sa vie, voilà qu'il demande de construire sur ses terres une église en bois copiée sur un modèle du XVIIIème siècle. Bien qu'il soit surpris, Eemeli va accepter pour le rachat de l'âme du vieil homme.

Il va vraiment s'investir dans cette construction, malgré les tracas administratifs. L'église va donc voir le jour, suivie par un sauna et un presbytère, un hameau construit pour les écolos... Au fil du temps, le bâtiment va devenir le centre de vie du village puis de la ville d'Urkonjärvi.
Les habitants et les futurs habitants y vivent en bons termes, chacun apportant sa pierre à l'édifice. Ils remettent au goût du jour la charrue et les boeufs, l'agriculture et l'élevage à l'ancienne... Rien ne manque des techniques de leurs aïeux, y compris les alambiques !

Et les postulants sont nombreux. Car, en ce XXIème siècle, les crises financières et alimentaires succèdent aux guerres. Dans un monde en déroute, où la fin du monde semble pour demain, Ukonjärvi apparaît comme un havre de paix préservé...

*****
N'allez pas croire avec ce résumé qu'il s'agit d'un roman de science-fiction. Il s'agit plutôt d'un ouvrage... d'humour !

Arto Paasilinna a une écriture très particulière. Il raconte avec un côté pince-sans-rire les pires catastrophes. Il imagine un monde en déroute, où l'état Finlandais préfère se faire payer en nourriture qu'en argent et où New-York disparaît d'une drôle de manière. Et malgré l'horreur de cette situation, qu'est-ce qu'on rigole !

La naissance et la croissance de cette communauté est également très amusante. Il faut dire qu'il peuple Ukonjärvi de personnages hauts-en-couleurs, avec un véritables caractères. De l'apprenti Taneli Heikura (qui montera petit à petit dans la hiérarchie du village) au médecin Seppo Sorjonen (qui redécouvre la chirurgie cardiaque sur un ours), tous ont des comportements qui ne peuvent laisser de marbre.

Il est évidemment impossible de raconter toutes les scénettes qui composent ce récit. Elles se succèdent et permettent de suivre l'évolution de la vie autour de l'église et comment la communauté s'organise progressivement.

Dans ce roman paru en 1992, on ne peut s'empêcher en plus d'y voir une prophétie. La fin du monde tel que nous le connaissons débute en effet par une crise financière. Et par les temps qui courent, l'utopie d'Ukonjärvi paraît bien apaisante.

Cet auteur m'a été conseillé par une collègue et je n'ai pas été déçu par ce titre. Je vais donc suivre ses recommandations, et prévois de lire Petits suicides entre amis, qui est paraît-il encore meilleur.

Les avis de Keisha, Laurent, MichelH.

Le Cantique de l'apocalypse joyeuse / Arto Paasilinna ; trad. du finnois par Anne Colin du Terrail. - Denoël, 2008. - Collection Denoël et d'ailleurs.
Partager cet article
Repost0

commentaires

H
This is the very reason that the children are said to be tomorrow's citizens. Young Eemeli heeded his father's wish and built a church which later became the meeting place of a lot of people. This community later grew in to a strong city.
V

oui mais j'ai été déçue de ne pas aimer... ! je réessayerai peut-être ... un jour...  :-)


R

@ Violette : C'est super de ne pas vouloir abandonner ! Effectivement, peut-être que dans une autre ambiance, ça passera mieux...


V

j'ai beaucoup de mal avec cet auteur ! Lu et pas terminé Petits suicides entre amis par exemple.... :-/


R

@ Violette : C'est vrai que cet auteur a un humour particulier. Je comprends que tout le monde n'accroche pas. C'est déjà bien d'avoir tenté le coup :)


M

j'adore cet auteur ! Tu cites Petits suicides entre amis, mais il y a également Le lièvre de Vatanen et Les prisonniers du paradis. Ses livres m'ont marqué, je ne
connaissais pas celui-ci, je me notes ça. Merci


R

@ Morue la Fée : Merci pour ces titres. Je note les tiens. Ma collègue m'a dit que cet apocalypse n'est pas son meilleur titre. Ca laisse beaucoup d'espoir pour les autres !


M

C'est un livre que j'ai bien aimé également!  Si on ne comprend pas que l'humour y est essentiel, on passe à côté de ce qui en fait le charme!


R

@ Mango : C'est vrai que si on le prend au premier degré, on ne rit pas beaucoup. Par contre, quand on en saisit le sens, quelle rigolade !